Les-à-côtés profitables de Covid-19

Les-à-côtés profitables de Covid-19

mai 8, 2020 0 Par redaction

Le monde continue d’être secoué par la pandémie du coronavirus qui cause des dégâts énormes en termes de pertes en vies humaines. La production, la commercialisation, l’importation et l’exportation,… tout est perturbé dans tous les sens et dans tous les secteurs. Les entreprises tombent en faillite, et le taux du chômage s’accroit dans le monde selon plusieurs statistiques des experts.
Tout a commencé comme un petit feu en Chine avant d’atteindre l’Amérique, l’Europe et l’Afrique. Le confinement, comme stratégie arrêtée par les détenteurs du pouvoir public pour limiter la propagation de la maladie, est donc devenu le maitre-mot qui a remplacé toutes les projections des hommes.
Malgré le nombre exorbitant des chercheurs et des industries très spécialisées que compte le monde, aucun médicament n’est jusque-là trouvé en dépit des palliatifs annoncés çà et là et qui ne sont pas encore certifiés par les grandes sommités scientifiques du monde et pour lesquels l’Organisation mondiale de la santé refuse de donner son quitus, bien qu’au Madagascar, le résultat semble probant.
Egalement frappée par cette pandémie, la République démocratique du Congo risque d’atteindre le pic de la maladie d’ici peu, selon le coordonnateur du comité de riposte, le docteur Muyembe. Pourtant, le Président de la république, Félix Antoine Tshisekedi, avait, de manière préventive, pris des dispositions qui s’imposent, commençant par l’annonce du confinement jusqu’à décréter un état d’urgence sanitaire donnant lieu à la fermeture des frontières avec les pays voisins, à l’interdiction de regroupement de plus de vingt personnes, de transport aérien, fluvial et terrestre pour toutes destinations en dehors du pays et ou en provinces, fermeture des écoles, églises, bars, activités sportives, restaurants et j’en passe.
Sans susciter le chagrin en cherchant à peindre le tableau sombre de ceux qui sont morts à cause du coronavirus, notre rédaction a profondément mûrie des réflexions pour aborder un aspect curieusement délicat, à savoir: « les-à-côtés profitables de covid-19 en Rdc ».
Convaincu qu’aucun spécialiste au monde ne peut oser, par ce temps qui court, parler des aspects positifs d’une maladie, surtout d’un virus meurtrier comme covid-19 qui a bouleversé le monde et détruit les familles, nous sommes parvenus à faire une réflexion bien approfondie, dans le contexte congolais, en nous limitant aux faits constatés pendant cette période.

Sur le plan politique, certains observateurs ont noté que le pouvoir du Président Félix Tshisekedi s’est visiblement renforcé dans l’opinion et sa notoriété a encore pris de l’ampleur suite à son message adressé à la nation à travers lequel il a annoncé des mesures idoines pour lutter contre la pandémie. Ceux qui le contestaient et qui n’ont jamais cru à l’alternance politique en Rdc et à l’avènement d’un Etat de droit sous prétexte qu’il est à la solde de son prédécesseur Joseph Kabila n’ont rien trouvé de quoi le contredire comme ils en ont l’habitude, car chacun était rassuré de la gravité de la menace, et aucun opposant ne s’est opposé. L’intérêt général a semblé primé sur le positionnement politique et la cohésion semble se renforcer dans le cadre de cette lutte.
La quasi-totalité d’acteurs politiques congolais ont répondu à l’appel à la solidarité nationale lancé par le Président Félix Tshisekedi, soit par la distribution des laves-mains, des savons et des vivres, soit par la sensibilisation pour le respect des règles barrières. Certains ont suggéré le maintien de certaines mesures après le confinement, principalement celle interdisant l’exposition des cadavres dans les lieux publics.
Les petites divergences de vue suscitées par les polémiques d’Alexis Thambwe Mwamba, président du Senat, sur les modalités pratiques et constitutionnelles dans la marche de l’état d’urgence sanitaire ont été vite élaguées, et Thambwe, que la clameur publique déteste, s’est senti seul dans ses prises de position.
Daniel Nsafu, l’un des députés nationaux membres de la plateforme politique Lamuka, en a profité pour déclarer, je cite: « Le covid-19 nous a permis de constater que Félix Tshisekedi est réellement Président de la République démocratique du Congo ». Ce qui signifie que le débat suscité sur cette question est définitivement clos par les pessimistes sceptiques.

Sur le plan social, le coronavirus a permis de se rassurer davantage que tous les hommes sont égaux devant Dieu malgré la différence de la couleur de la peau, des milieux d’habitations et du rang social. Le fossé existant entre les nantis inutilement orgueilleux et les moins nantis qui sont marginalisés dans la communauté n’est que vanité car, personne ne peut exister par sa force ni résister quand rôde le malheur sans le secours de l’Eternel.
L’orgueil de l’homme riche, qui se croit être plus important que le pauvre, est réduit à néant sous l’œil du covid-19. Si, sous d’autres cieux, les Italiens ont jeté l’argent dans la rue pour démontrer leurs limites dans le but d’implorer la miséricorde du Tout Puissant face à la persistance de la désolation, à Kinshasa, certains habitants de la commune la plus convoitée de la Gombe ont curieusement laissé le confort qu’offrent leurs habitations pour rejoindre momentanément les pauvres misérables de Kimbaseke, Kisenso, Selembao, Kinsuka et Kingasani par crainte de la mort lors du confinement total de cette municipalité, déclaré épicentre de la maladie, alors que les fous et les sans-abris y étaient restés. Ce qui prouve que tout est vanité et poursuite du vent.
La fermeture des bars, terrasses, marchés, restaurants, café, boites de nuits, hôtels, et autres, a été rendue possible par la présence de ce petit virus de rien du tout, ce qui permet aux autorités de voir dans quelle mesure maintenir les bonnes pratiques, la bonne moralité, l’ordre et la quiétude de la population, en évitant les pratiques antisociales et la dépravation des mœurs qui prenaient des allures inquiétantes.
Toujours au plan social, les travaux de construction des sauts-de-moutons à Kinshasa avancent, non seulement parce que le gouvernement y a ajouté les moyens après le détournement des premiers fonds y relatifs, mais par le fait que le confinement a favorisé la faible circulation des masses et des véhicules. Conséquence: les ouvriers ont accéléré les travaux gênés par les embouteillages.

Dans le secteur des transports, les mesures de distanciation sociale semble remettre de l’ordre aux désordres qui sévissaient dans le transport en commun. Les bousculades à l’entrée comme à la sortie des taxis-bus, le confinement des passagers ainsi que d’autres scènes regrettables se sont un peu réduits, même si le prix du transport en commun est revu doublement à la hausse par les conducteurs, sous l’œil impuissant du gouvernement provincial qui n’a jamais maitrisé ce secteur ni réussi à éradiquer le phénomène demi-terrain, même pendant le confinement.

Sur le plan sanitaire, les observateurs se sont rendus compte qu’avec les infrastructures sanitaires que compte la Rdc, les membres du gouvernement, les parlementaires, les mandataires publics et autres catégories de ceux qui dépendent du trésor public pour se faire soigner, peuvent désormais le faire sur place, qu’effectuer des déplacements intempestifs à l’étranger pour la même cause qui fait perdre énormément d’argent au trésor public.
Bien plus, face l’incapacité des spécialistes de trouver le produit efficace contre covid 19, on se rend finalement compte que tous les médicaments existant au monde, que ça soit dans la pharmacopée (pharmacie traditionnelle) ou dans les industries pharmaceutiques modernes spécialisées et qui soignent différentes maladies ne sont pas le fruit de la connaissance humaine, de la divination ancestrale, de la recherche scientifique, encore moins du développement technologique. Mais plutôt, le fruit de la compassion de l’Eternel qui se révèle dans son amour à tout homme et qui inspire tous les êtres humains, y compris les méchants qui sont contre lui révoltés, chacun dans son secteur d’activités, car, étant le Dieu Tout Puissant, il sait pertinemment bien, que s’il ne fait rien, rien ne se fera, surtout que plusieurs ne veulent pas être guéris pas la foi comme il le veut.

Sur le plan évangélique, les avertis comprennent la nécessité d’être dans l’église corps du Christ qui est le regroupement des rachetés de Jésus Christ, spirituellement vivant en Lui par la foi, dans la sanctification, peu importe la dénomination ecclésiastique et qui n’ont de compte à rendre qu’au Seigneur Jésus malgré leurs appartenances à une communauté ecclésiastique locale.
Les partisans de cette croyance sont ceux qui ne sont pas du tout inquiétés par la décision de fermeture momentanée des églises locales, car ils savent que la parole de Dieu, la prière, la louange et l’adoration adressées au Roi de gloire ne sont pas confinées, mais continuent à se faire en tous lieux sans ennui, malgré la fermeture des églises locales.
La souveraineté de Dieu a fait en sorte que la maladie secoue le monde, sous l’œil impuissant des excellents faux prophètes, qui se disent eux même « Prophètes de Nations » spécialisés dans la vente du vent, dans la fabrication des faux miracles et fausses guérison, n’en sois pas informés afin que leurs œuvres soient connues, eux qui se font abusivement appelés,
Il a été démontré, par bon nombre de serviteurs de Dieu contactés, surtout Monique Bula, pasteur du ministère la sanctification, que Dieu qui fait toute merveille n’a jamais créé les maladies. Celles-ci sont les fruits de la rébellion de l’homme contre son concepteur. Par conséquent, le coronavirus n’est pas un projet sorti du cœur de Dieu vivant, mais plutôt de la méchanceté de la créature homme.
Dieu Tout Puissant n’est pas surpris, encore moins dépassé par les pestes, les pandémies et les contagions qui ravagent le monde pour délivrer son peuple du fait que tous ses événements sont annoncés dans la Bible. La solution n’est pas le port obligatoire des masques de protection, mais de Dieu, pour ceux qui s’abritent en lui tel que décrit le psalmiste au chapitre 91, qui stipule que « celui qui demeure sous l’abri du Très Haut repose à l’ombre du Tout Puissant… » C’est par la foi en Christ, la connaissance, l’application de sa parole et la confession du nom de Jésus loin des péchés qu’on s’abrite sous sa demeure.
Contrairement dans d’autres pays, en Rdc certains serviteurs de Dieu ont prouvé qu’ils sont au service du ventre et non de l’Eternel. Ils n’ont fait que sensibiliser les fidèles pour le transfert des offrandes et dimes destinés à l’Eternel aux réseaux de communication.
Les grandes leçons que les hommes sages ont tiré est que si Dieu ne fait rien, rien ne se fera, qu’un jour tout s’arrêtera, et qu’en un clin d’œil, Dieu peut transformer le monde.
Ange Gabriel NGALAMULUME