Simon N’Siona Malamba, dg de l’Onapac: «Après 20 ans, nous avons relancé l’outil de production»

Simon N’Siona Malamba, dg de l’Onapac: «Après 20 ans, nous avons relancé l’outil de production»

avril 30, 2020 0 Par redaction

L’Office national des produits agricoles du Congo, Onapac en sigle, dont le siège est situé à la concession Onapac sur la 14ème rue poids-lourds à Kingabwa Limete, est l’un des services techniques spécialisés du ministère de l’Agriculture. Son directeur général, Simon N’Siona Malamba, qui venait d’être plébiscité meilleur manager suite au changement significatif qui s’opère au sein de l’Office, a été approché par notre rédaction pour un court entretien, axé notamment sur la gestion la gestion de la période post covid-19 dans le domaine agricole en République démocratique du Congo. Outre ce point, d’autres aspects ont été abordés au cours de cet échange.
Comment gérer la période post-covid-19 dans le domaine agricole en Rdc?
Sous le leadership du Président de la république, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, nous avons été instruits par le ministre de l’Agriculture, Joseph Kasonga, qui a demandé aux experts de son ministère de mûrir les réflexions sur les travaux urgents d’intervention rapide post-covid-19″. Sans tenir compte des bruits que certains compatriotes font dans les médias et à travers les réseaux sociaux, le gouvernement de la république, à travers le secteur de l’agriculture, a anticipé les évènements pour éviter la rareté des produits alimentaires de première nécessité. Nous travaillons avec les responsables du Daipn et de Bukanga Lonzo et autres. La primeur de nos réflexions est réservée à la haute hiérarchie du pays, et nous ne sommes pas encore autorisé à vous en dévoiler le contenu.
Au-delà des mesures nécessaires qu’il a prise pendant cette période pandémie du covid-19 pour épargner la population de la propagation de cette contagion qui frappe le monde, je félicite la vision du chef de qui a pris soin d’inonder les différents marchés de Kinshasa avec des produits alimentaires achetés en provinces, acheminés d’urgence à l’aide des véhicules de l’armée à Kinshasa où ils ont été vendus à vil prix, en présence des responsables des marchés concernés, en vue de permettre aux familles à revenu moyen d’en avoir pour faire face au confinement. Il suffit d’être aveugle ou animé par un esprit d’incrédulité pour ne pas voir pareils efforts louables du chef de l’Etat de nature à traduire en acte l’expression « Le peuple d’abord ».
Quelles sont les innovations que vous avez déjà apportées depuis que vous êtes à la tête de l’Onapac?
Je ne peux pas parler de moi-même. Vos confrères du collectif des journalistes économiques pour la bonne gouvernance m’ont surpris dans mon cabinet de travail avec un diplôme de mérite en signe de reconnaissance des efforts louables constatés. Ce sont les personnes qui nous suivent de loin et qui ont fini par exprimer le sentiment qui traduise la réalité de ce qu’ils ont apprécié en nous.
En tout état de cause, je travaille dans cet office depuis 40 ans. J’ai gravi tous les échelons jusqu’à atteindre le sommet, dont 10 ans comme syndicaliste. Mon expertise est mise au service des agents et, à travers eux, du peuple congolais.
Comment se porte l’Office?
Nous avons relancé la production après 20 ans de l’arrêt de l’outil de production sans recourir à une quelconque banque. A l’heure qu’il est, il n’y a plus d’handicap. Les machines fonctionnent normalement. La volonté, la détermination, l’amour du travail bien fait et la mobilisation du personnel sont les éléments qui nous ont permis d’obtenir le résultat escompté, avec les moyens de bord.
Quels est votre message à la population?
Je demande au peuple congolais de soutenir du Président de la république qui est visiblement déterminé à apporter le changement dans tous les domaines en faveur des Congolais pour l’amélioration de leur vécu quotidien. Les signaux sont lancés et les prouesses sont visibles. Je demande, en plus, de suivre les instructions du chef de l’Etat pour le respect des mesures barrières pour lesquelles l’Onapac a pris des dispositions nécessaires en ce qui concerne le service minimum au travail et la disponibilisation des lave-mains et la prise de température régulières des agents admis au travail et des visiteurs.
Ange Gabriel NGALAMULUME