Conflit au sein de l’église de réveil du Congo entre Albert Kankienza et Sony Kafuta: Le pasteur Jean-Bosco Kindomba prêche la paix

septembre 16, 2020 0 Par redaction

L’ancien président du comité des sages de l’Eglise de réveil du Congo, le pasteur Jean-Bosco Kindomba, invite les membres de cette structure à la retenue et à s’engager dans la paix, l’unité et la concorde au sein de l’Erc conformément à la parole Dieu.
Cité par les uns comme la plaque tournante du conflit au sein de l’église pour avoir adressé au représentant légal, Sony Kafuta, une lettre de convocation de la réunion des fondateurs, et par les autres comme perfide pour n’avoir pas posé sa signature sur la déclaration de suspension de ce dernier, surtout aussi qu’il a pris ses distances depuis le rebondissement de ce dossier, le pasteur Kindomba, responsable de l’église « Sang précieux » de Matonge a été approché par notre rédaction qui suit de près cette affaire qui continue à faire couler beaucoup d’encre et salive, même dans l’espace politique.
En sa qualité du président honoraire du conseil des sages de l’Erc, il ne s’est arrangé ni du côté d’Albert Kankienza ni de Sony Kafuta; il a plutôt préféré être une église au milieu du village en s’accrochant rien qu’à l’évangile du Seigneur Jésus-Christ. Il a apaisé les esprits surchauffés par les écarts de langage constaté de part et d’autre.
Pour le peuple de Dieu qui assiste à ce conflit, Jean-Bosco Kindomba a dit ceci: « L’église de réveil traverse sa phase de puberté. Elle se recherche encore. Sa croissance se fait dans la diversité. Bien plus, le conflit d’aujourd’hui est à considérer comme le symptôme d’une profonde maladie qui nécessite d’être guérie et qui s’appelle la structuration. Voilà pourquoi j’ai opté pour le silence pour ne pas être emporté par le vent ».
Pour ce prédicateur de la grâce, le général Sony Kafuta qui a le tempérament et le caractère téméraire, et l’évêque général Albert Kankienza Muana Mboo qui a un comportement ambivalent analysent très mal cette situation. A titre d’exemple, le premier affirme qu’il est combattu par les pasteurs baluba au nom du tribalisme, une argumentation illogique car, statistiquement parlant, l’église de réveil a 80 % de pasteurs luba, suivi de la province du Kongo central. Le second ne pouvait pas, lors d’une intervention sur les ondes d’une radio de la place, humilier son dauphin qui l’a imposé à la tête de l’église. (A suivre)